Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une recherche démontre qu’il n’y a aucune différence comportementale chez les enfants avec des parents LGBT et hétérosexuels. Cela détruit des mythes populaires sur des structures familiales « traditionnelles » par rapport à d’autres structures.
Parmi les controverses entre les parents issus de la communauté LGBT et hétérosexuels, on cite souvent l’argument douteux que les parents hétérosexuels proposent une structure familiale plus conventionnelle et que cela influence le développement comportemental de l’enfant. Mais une recherche menée par Rachel H. Farr, professeure adjointe au département de psychologie de l’université du Kentucky démontre qu’il n’y a aucune différence comportementale majeure.
Elle a mené une étude longitudinale (une étude mesurant des effets à différents intervalles) sur 100 familles adoptives qui avait des parents hétéros, gay ou lesbienne à différentes périodes. La première observation a été menée pendant la période préscolaire et la seconde a été menée 5 ans plus tard. Les observations se basaient sur les problèmes rapportés par des parents ou les enseignants. Les parents rapportaient eux-mêmes leurs problèmes via des critères de stress parental.
Les résultats indiquent qu’il n’y a aucune différence comportementale chez les enfants avec des parents hétéros ou LGBT. Et s’il y avait des petits problèmes, alors on pouvait les trouver chez tous les types de parents. Le développement des enfants a suivi une courbe optimale indépendamment du type de parent. Cependant, les chercheurs ont noté que les problèmes, qui sont apparus 5 ans plus tard, sont liés à ceux qui étaient déjà présents pendant la période préscolaire, notamment via le stress parental. Et si les enfants avaient peu de problèmes pendant les périodes préscolaires, alors ils avaient également moins de problèmes pendant la période tardive de l’enfance. Cela suggère que le développement n’est pas lié à une structure familiale précise, mais bien au fonctionnement de la famille. En termes clairs, un enfant pourrait avoir des problèmes si le fonctionnement familial est plombé par des facteurs qui sont communs à tous les types de parents tels que des problèmes de communication, de chômage ou d’autres aléas externes et sans aucun lien avec l’orientation sexuelle des parents.
Cette recherche renforce la littérature scientifique sur l’absence de problèmes spécifiquement liés à des parents LGBT. En plus de détruire le mythe de la famille « traditionnelle », ce type de recherche doit inciter à résoudre le problème des adoptions. Aux États-Unis, il y a des milliers d’enfants qui attendent d’être intégré dans des familles et de l’autre coté, on a des parents LGBT qui veulent adopter, mais qui sont souvent bloqué par des démarches administratives qui se basent uniquement sur cette vision de la famille traditionnelle et au fait que les parents LGBT ne seraient pas de bons parents.
Source : Developmental Psychology

Aucune différence comportementale entre des parents lgbt et hétérosexuels !!!!!
Tag(s) : #J'aime

Partager cet article

Repost 0